Ses doigts tremblaient,
sa guise d'ebluie en retraite
son coeur ne bat plus,
elle respirait a peine!
elle avait toujours eu
ce sentiment
depuis qu'elle s'etait
marriee.

Un autre poids lourd
Sur ses epaules dejas maigrie
Et cette fois une autre decision
A prendre.
Quitter ou endurer
L'humiliation populaire d'une Hejjala.

Le temps de lui dire
qu'elle l'aimait,
avant qu'elle
embarqua dans ce monde
silencieux et intriguant,
etait doux et amere.

Elle jetta un dernier coup
la ou ses yeux
ne pouvaient plus voir,
La ou ses memoires ne desiraient
Plus surgir.

La peine de partir
et la hate des retrouvailles,
et la culpabilite d'echouer.

Lui, souriant
et terse, oublia de lui dire
combien il l'aimait,
Car il etait perdu dans ses
Pensees lui aussi.

La vie sans elle,
Sa vie seule dans ce pays lointain
Et comment survivra-t'elle
Sans lui, l'egorge et le torture.

Elle, absente et tordue
se damanda
a travers la fenetre
de ce monde clos,
si un jour elle le verra
et s'il valait la peine
de partir.

Derriere elle, toute une histoire tragique
et transformante
d'une Marocaine seule
uncomprie
et sans future
Son Grand frere
qui l'a aide a remplir
ce dossier de Lotterie
la voit disparaitre
au dela de ce ciel gri
et ces nuages uncertains.

Cette pensee le hante
Mais ne prefere rien montrer
Il chante
"Madrasti alhilwa, Madrassty alhilwa
Fiha jannaty fiha Trabbeena,
Qoulou Ma3aya Yalli thabbouna
Tahya madrassty Oummi al Hanouna"
Chanson qui lui rappelle
Les souvenirs leur enfance.

Il L'avait toujours protégé
Et lui a meme appris a nager
A conduire la bicyclette
Et a monter a dos de Lbaghla.
En lui disant, vas y! vas y!
tu peux le faire!
Comme tu nous quittes.

(a suivre)

Said Leghlid



Copyright © 2003-2012 Tinfou.com All rights reserved. Designed by DariusDesign.com